Le lâcher-prise

Nous entendons de plus en plus souvent parler du lâcher-prise, indispensable pour être heureux, serein et épanoui. Mais qu’est-ce que le lâcher-prise? Doit-on oublier tous nos problèmes? Doit-on se débarrasser de tout ce qui nous dérange? De nos émotions négatives?Bien sur que non !

Le lâcher-prise ne consiste pas à éviter les problèmes ou les situations dérangeantes. L’évitement, bien que confortable à court terme, peut se révéler dévastateur sur du moyen ou long terme. Une problématique, un conflit, une difficulté évitée n’est pas réglée, elle reviendra donc un jour, un peu comme un boomerang… Idem pour nos émotions refoulées: elles reviendront sous d’autres formes ( maladie, dépression, angoisses, …) jusqu’à ce qu’elles puissent s’exprimer!

Alors ça veut dire quoi lâcher-prise? Lâcher-prise, c’est être en capacité de prendre du recul sur certaines situations, dédramatiser lorsque cela est faisable, accepter ce qui ne peut pas être changé, redéfinir ses priorités afin d’anticiper les éventuelles difficultés que l’on peut rencontrer.

Mais comment on fait pour lâcher-prise? Cela ne se fait pas du jour au lendemain, cela nécessite d’effectuer un travail sur soi afin de déterminer quels sont nos schémas de vie, nos croyances limitantes, nos points forts et les points à travailler. Il faut prendre du recul sur nos comportements et nos habitudes, les analyser et rétablir des schémas directeurs bienveillants.

Si vous souhaitez être accompagné(e) dans cette démarche, vous pouvez me contacter via le formulaire de contact

Un travail de relaxation, accueil et acceptation de ses émotions, ancrage positif, méditation viennent en appui de cette démarche afin de créer une harmonie entre le corps et l’esprit.

Alors êtes-vous prêts à lâcher-prise? Quels éléments d’angoisses et de frustrations voudriez-vous éliminer de votre quotidien?

« Il n’y a qu’un chemin pour le bonheur, c’est de cesser de nous tracasser pour des choses qui ne dépendent pas de notre volonté » Epictète

La roue de la vie

Nous avançons tous dans la vie en ayant des objectifs …

Qui n’a jamais eu l’impression que quelque chose n’allait pas autour de lui, sans jamais savoir ce que c’est…

Qui n’a jamais eu l’impression de passer à côté de quelquechose d’important dans sa vie, mais de ne pas savoir ce que c’est….

Nous avançons tous dans la vie en ayant des objectifs bien précis. Certains sont ancrés en nous depuis notre plus tendre enfance ( avoir une belle maison, des enfants, un travail stable) et certains s’improvisent au fil du temps ( changer de métier, reconstruire sa vie amoureuse, lancer son entreprise, …). Pourtant, tous on le même but : être épanoui(e)(s) et nous procurer du bonheur.

Quand on a « la tête dans le guidon », ce n’est pas toujours facile de se poser les bonnes questions, celles qui vont nous permettre d’y voir plus clair dans notre chemin de vie et dans nos choix, celles qui vont nous permettre de prendre du recul et de mieux comprendre certaines frustrations inexplicables.

Je vous propose aujourd’hui de remplir un outil que je trouve très intéressant : La roue de la vie.

Cela va vous aider à mettre en lumière les déséquilibres dans votre vie ( et nous en avons tous rassurez-vous) et de pouvoir ainsi décider des actions à mettre en place.

A vous de jouer :

Je remplis la roue de la vie

Pour aller plus loin :

Demander un premier rendez-vous gratuit pour avoir des conseils

S’inscrire pour le programme en ligne :

Les clés du changement

La peur du changement

« Au sein de cet environnement instable et turbulent, un seul élément reste constant : le changement » Dalaï Lama

Pourquoi avons-nous peur du changement ?

Depuis l’enfance, nous évoluons dans une société qui prône la stabilité. Ainsi, dès le plus jeune âge, on nous inculque que, pour avoir réussi sa vie, il faut avoir une relation amoureuse stable, des enfants, un emploi stable, des amis, une maison «de famille », … Autant de choses qui représentent une vie stable, sérieuse et posée.

Or, dans cet environnement qui n’est pas censé changé (car cela serait synonyme d’échec et donc de malheur), quelle place pour le changement ?

Le changement est synonyme d’inconnu et qui dit inconnu dit risqué. En effet, n’avez-vous jamais entendu le proverbe suivant : « On sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on gagne » ? Cela voudrait-il dire qu’il vaut mieux se contenter de ce que l’on a « au cas où » ?

Lorsque nous avons l’impression qu’une partie de nos besoins sont satisfaits, pourquoi changer ? Il faudrait alors apprendre à lâcher prise afin d’explorer l’inconnu qui pourrait combler de nouveaux besoins, apporter un nouveau souffle au quotidien, nous sortir de cette routine que l’on trouve si ennuyeuse mais à la fois rassurante…

Comment réussir à vaincre cette peur du changement ?

Tout d’abord, il faudrait se réconcilier avec le mot « changement ». Ne plus lui donner une connotation négative mais se rendre compte que le changement fait partie de notre quotidien. Nous évoluons sans cesse dans la vie, à plus ou moins grande échelle. C’est le changement qui permet d’accomplir de belles choses.

Ensuite, essayez de se confronter à de petits changements, juste pour voir : se garer à une place différente au travail, inverser l’ordre des choses le matin quand on se prépare, faire son ménage à l’envers, …. Cela peut permettre de dédramatiser ce terme qui effraie et se rendre compte que ça peut même devenir amusant !

Puis essayez de trouver quels besoins ne sont plus satisfaits lorsque nous avons peur du changement afin de peut-être les satisfaire différemment…

Enfin, apprendre à se faire confiance et savoir où l’on va en ayant défini des objectifs clairs. En effet, sur une route remplie de brouillard, nous avons tendance à freiner car nous ne savons plus où aller ; sur une route ensoleillée, nous avançons plus sereinement.

« Il n’y a rien de négatif dans le changement ,si c’est dans la bonne direction. » Winston Churchill

Pourquoi faire appel à un coach de vie ?

Parfois, nous pouvons traverser des périodes difficiles dans notre vie sans qu’il soit pour autant nécessaire de suivre une thérapie. Le coaching représente une bonne alternative, car le client peut bénéficier d’un accompagnement efficace et professionnel sur du court ou moyen terme.

Si vous vous sentez dépassé(e) par certains évènements, vous avez l’impression de passer à côté de l’essentiel de votre vie, vous avez un besoin de changement mais n’imaginez pas sauter le pas tout(e) seul(e),  le coaching peut être la solution….

Prendre du temps pour soi

« Une fois de temps en temps, vous devriez faire une pause et vous rendre à vous-même une petite visite » Audrey Giorgi

Pourquoi devrait-on prendre plus de temps pour soi ?

  • Pour renouer avec soi-même : faire des choses pour soi permet de se retrouver, se recentrer sur ses besoins, ses priorités, ses aspirations.
  • Pour permettre à son corps et à son esprit de se reposer. Nous avons souvent «  La tête dans le guidon » et nous nous rendons compte que le temps est passé trop vite et que nous n’avons pas pris 5 minutes de recul, ne serait-ce que pour souffler.
  • Pour générer une énergie positive qui nous permettra de mieux prendre soin de ceux qu’on aime.
  • Parce qu’on le mérite, tout simplement.

Pourquoi peut-on se sentir coupable de prendre du temps pour soi ?

  • Par peur du jugement : on peut avoir l’impression que les gens vont nous trouver égoïste. Vivre en ayant appris à se détacher du regard des autres permet de surmonter cet obstacle.
  • Par peur de reconnaitre que nous avons des besoins non satisfaits : à l’heure de la course à la perfection, où les gens ont l’habitude de tout mener de front sans se plaindre, il faut admettre avoir besoin de prendre du temps pour soi sans faire culpabiliser son entourage… Cela voudrait dire que nos proches, que l’on aime tant, ne peuvent pas combler tous nos besoins ?

Quels sont les freins que l’on peut rencontrer ?

  • Le manque d’idées : la première question à se poser serait alors : qu’est ce qui me ferait plaisir? Qu’est ce que j’ai envie de faire et de ne partager avec personne ?
  • Le manque de moyens : plaisir ne rime pas toujours avec dépenses. Aller marcher, rendre visite à un(e) ami(e), lire un bouquin emprunté à la bibliothèque, se relaxer, … sont autant de petites choses qui font du bien. A chacun de trouver les siennes.
  • La peur de s’autoriser à se faire du bien : très souvent, des éléments bloquants ancrés en nous depuis l’enfance nous empêchent d’avancer car nous sommes persuadés que nous n’y arriverons pas ou que nous ne le méritons pas… Pourquoi ne pas apprendre à identifier ces blocages pour se permettre d’accéder au bien être ?

« N’ayez pas peur d’être heureux, c’est juste un bon moment à passer ». Romain Gary